Skip to main content

Projets de développement international des universités canadiennes (CUPID)

Détails du programme

Afrique

Ouganda

Health Management Training in Uganda

Établissement partenaire au Canada :University of Alberta
Établissement partenaire : Makerere University
Dates du projet :janvier 2002 à mars 2008

Objectifs du projet :
Le projet a été conçu pour améliorer la qualité des soins de santé offerts en Ouganda grâce à une meilleure gestion de la santé et à l'aiguillage des travailleurs de la santé vers les soins de santé primaires.

Principaux résultats atteints :
Au terme du projet, 132 gestionnaires des soins de santé dans les districts et les sous-districts du nord de l'Ouganda ont été formés dans le cadre d'un programme universitaire d'éducation permanente visant l'intégration des responsabilités des districts en matière de santé. Des professeurs de l'Institut de santé publique et de la faculté de médecine de l'Université de Makerere ont amélioré leurs compétences en : pédagogie, apprentissage axé sur la résolution de problèmes, méthodologie de recherche et gestion. Un cours à distance, sanctionné par un certificat en gestion de la santé, a vu le jour en 2007 et a été offert à 30 personnes déjà en emploi dans le secteur de la santé. Ce cours fait maintenant partie de l'offre de formation régulière et permet aux équipes des districts d'améliorer leurs connaissances et leurs compétences en gestion de la santé. Enfin,l'équipe de projet a obtenu 1,5 million de dollars en subventions pour des recherches liées au VIH/sida auprès des collectivités. Ces recherches ont donné lieu à neuf publications.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, voir la description détaillée du projet (disponible en anglais seulement).

Uganda Sustainable Clubfoot Care Project

Établissement partenaire au Canada :The University of British Columbia
Établissement partenaire : Makerere University
Dates du projet :avril 2004 à décembre 2012

Objectifs du projet :
Le projet vise à établir de manière durable en Ouganda un traitement universel, efficace, efficient et sûr de la déformation congénitale du pied bot. Il permettra de réduire les conséquences des handicaps associés au pied bot non traité en répandant la méthode Ponseti dans le système des soins de santé ougandais et en enseignant au personnel des soins de santé à dépister et à soigner la déformation.

Principaux résultats atteints :
Le ministère de la Santé de l'Ouganda a approuvé l'adoption de la méthode Ponseti pour traiter la déformation congénitale du pied bot dans tous les hôpitaux du pays. À ce jour, 2 171 enfants ont reçu le traitement dans 36 cliniques spécialisées réparties dans les quatre régions de l'Ouganda. Mille professionnels de la santé, soit 147 orthopédistes, 26 techniciens en orthopédie, 815 infirmières et 12 chirurgiens, ont reçu une formation sur la méthode Ponseti. L'équipe de projet et le ministère ont mené conjointement une campagne d'information dans les journaux afin de faire savoir à la population que le pied bot peut être traité gratuitement. En collaboration avec les écoles médicales et paramédicales de l'Ouganda, l'équipe de projet a conçu un module complet de formation sur la méthode Ponseti à l'intention des étudiants en sciences de la santé. Ce module est désormais utilisé dans 50 pour cent des écoles de sciences de la santé du pays. À ce jour, 2 705 étudiants l'ont suivi, soit 638 étudiants en médecine (429 hommes, 209 femmes), 41 résidents (39 hommes, 2 femmes), 659 étudiants en orthopédie (458 hommes, 201 femmes), 171 étudiants en technique orthopédique (127 hommes, 44 femmes) et 1 196 étudiants en soins infirmiers (229 hommes, 967 femmes). Six autres pays d'Afrique ont sollicité et reçu l'aide des formateurs ougandais. L'équipe de projet a réussi à obtenir environ 150 000 $CAN pour prolonger les résultats obtenus grâce à la subvention de l'ACDI.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, voir la description détaillée du projet (disponible en anglais seulement).

Enhancing rural livelihoods in Uganda through sustainable community tourism

Établissement partenaire au Canada :University of Manitoba
Établissement partenaire : Makerere University
Dates du projet :septembre 2006 à juillet 2012

Objectifs du projet :
Le projet poursuit comme objectif de renforcer les capacités technologiques, institutionnelles et humaines à mettre en oeuvre des stratégies en matière de tourisme durable et de conservation de la biodiversité. Le renforcement de ces capacités permettra de favoriser le développement du secteur privé dans les collectivités, d'apporter des solutions aux problèmes environnementaux et de promouvoir une saine gouvernance.

Principaux résultats atteints :
Le contenu des cours d'un nouveau programme de maîtrise en tourisme durable a été élaboré et approuvé par le sénat de l'Université de Makerere (MU). Deux petits groupes d'étudiants ont entrepris le programme d'études. Un Centre de ressources sur le tourisme durable et la conservation de la biodiversité a été mis sur pied au sein du département de la gestion des ressources fauniques. Les utilisateurs de la bibliothèque bénéficient désormais d'un accès virtuel à des milliers de textes et de revues faisant partie de la collection de la University of Manitoba. Six professeurs de la MU ont suivi une formation pratique en matière de tourisme durable en milieu naturel, ce qui leur a permis d'échanger avec des chercheurs et des praticiens. Les leçons tirées de leur expérience ont été intégrées à des études de cas utilisées dans les cours sur le tourisme. Une étude de référence réalisée auprès des collectivités installées en périphérie des aires protégées a permis de cerner les préoccupations et les occasions, ce qui a mené à la conclusion d'ententes officielles avec la collectivité Ruhija, qui vit en bordure de la forêt impénétrable Bwindi, ainsi qu'avec la collectivité Kyanyawara Ibura, de la région Kibale-Simliki, afin qu'elles deviennent des sites de démonstration. Deux rencontres avec les intervenants ont été organisées à Kampala afin de discuter des occasions, des pratiques exemplaires et des incidences sur le plan des politiques liées au tourisme durable. Le projet a également permis l'établissement de liens avec des détaillants de Banff, en Alberta, qui vendent désormais des produits fabriqués dans les collectivités.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, voir la description détaillée du projet (disponible en anglais seulement).

Strengthening Child Health in Rural Uganda

Établissement partenaire au Canada :University of Calgary
Établissement partenaire : Mbarara University of Science and Technology
Dates du projet :mars 2005 à mars 2011

Objectifs du projet :
Le projet a pour objectif d'améliorer la santé d'environ 20 000 enfants de moins de cinq ans dans trois sous-régions du sud-ouest de l'Ouganda, afin de répondre aux besoins urgents des enfants vivant en région rurale. À cet égard, le programme communautaire de gestion intégrée des maladies de l'enfance visera à réduire le taux de mortalité chez les nourrissons et les jeunes enfants et à améliorer les taux d'immunisation et la nutrition par l'entremise de l'éducation à la santé.

Principaux résultats atteints :
Pendant la durée du projet (2005-2011), Healthy Child Uganda (HCU) a renforcé les liens entre l'Université des sciences et de la technologie de Mbarara (MUST), les districts de la santé de Mbarara et de Bushenyi, les centres de santé ruraux, les collectivités et les conseils locaux qui organisent des activités liées à la santé infantile. Dix-huit paroisses (175 villages) peuvent désormais compter sur les services de 350 travailleurs en santé communautaire formés par HCU. Par ailleurs, 143 travailleurs en santé locaux ont pu mettre à niveau leurs compétences et leurs connaissances en santé infantile. Les enfants des collectivités rurales (plus de 100 000 en tout) ont participé à des centaines de Journées de la santé infantile. Les travailleurs en santé communautaire ont organisé plus de 105 000 causeries sur la santé, effectué 130 000 visites à domicile et procédé à l'évaluation de 25 000 enfants malades. Plus de 75 enfants présentant des besoins spéciaux ont profité de soins et de services de réadaptation supplémentaires. De 2005 à 2010, les activités des travailleurs en santé communautaire ont permis de joindre plus de 35 000 enfants de moins de cinq ans (total cumulatif) et couvert une population totale de 100 000 personnes. L'évaluation du modèle communautaire de HCU a révélé une amélioration marquée en termes de taux de survie et de mortalité des enfants. Les travailleurs en santé communautaire ont signalé une baisse de plus de 50 pour cent du taux de mortalité infantile, et le nombre d'enfants souffrant du paludisme, de pneumonie, de diarrhée ou de malnutrition a diminué d'un tiers. L'utilisation de filets sur les lits, les accouchements dans des conditions sécuritaires, la vaccination des mères contre le tétanos et l'apport en vitamine A sont plus courants. Le projet a donné lieu à d'importantes initiatives de développement communautaire, comme des activités génératrices de revenus pour l'équipe des travailleurs en santé communautaire, des initiatives en transport et en accès à l'eau, une amélioration des relations familiales, une amélioration des conditions hygiéniques et sanitaires, de même que de nouvelles possibilités pour les petites entreprises (en particulier pour les femmes). Le taux de maintien en poste des travailleurs en santé communautaire, de 85 pour cent après cinq ans, est remarquable. Des professeurs de la MUST, du personnel infirmier et auxiliaire, des sages-femmes et des étudiants disposant de peu de ressources et travaillant dans des conditions difficiles ont contribué aux activités avec enthousiasme, en aidant à renforcer les relations entre les collectivités et les travailleurs de la santé à l'échelle locale. Du matériel et de nombreux programmes de formation ont été élaborés, dont un cours destiné aux formateurs en santé communautaire, une formation en santé infantile destinée aux travailleurs en santé communautaire, un cours sur le développement communautaire destiné aux travailleurs en santé communautaire et aux formateurs, un cours participatif de nutrition communautaire, un programme de formation en micro-recherche destiné aux professeurs, du matériel de formation sur la PCIME destiné aux étudiants en sciences de la santé de la MUST et des programmes de formation sur l'utilisation de marionnettes, de jeux et de tableaux de flanelle fabriqués localement. Les travailleurs en santé communautaire et leurs collectivités ont participé à des centaines de projets liés à la santé, au développement communautaire et à la génération de revenus. Plus de 100 étudiants de la MUST ont acquis de l'expérience de travail auprès des collectivités locales. Lors de groupes de discussion, les collectivités HCU ont affirmé avoir constaté, grâce aux activités des travailleurs en santé communautaire, une amélioration des conditions hygiéniques et sanitaires, un renforcement de l'autonomie des femmes, particulièrement sur le plan économique, et une amélioration des relations entre les hommes et les femmes dans les mén

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, voir la description détaillée du projet (disponible en anglais seulement).