Skip to main content

Nouvelles et opinions

Filtrer Nouvelles et opinions »
Par sujet, année et série
×

Sujet

Année


( Total - 267 )
Afficher : 5 | 10 | 20 | Toutes
Communiqué - 20 avril 2015

Paul Davidson, président-directeur général de l’Association des universités et collèges du Canada, sera disponible pour accorder des entrevues aux médias relativement à la réaction du milieu universitaire au budget fédéral à partir de 16 h 15 le mardi 21 avril 2015.

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :

Nadine Robitaille
Agente des communications, AUCC
613-563-1236, poste 306
Cell. : 613-884-8401
nrobitaille@aucc.ca

Opinion - 17 avril 2015

Cet article d’opinion est disponible en anglais seulement

par Andrew Parkin

Ancien directeur général, Conseil des ministres de l’Éducation (Canada) 

This op-ed was originally published on the Academica Group’s Rethinking Higher Ed Forum on April 15, 2015 

Are we pushing too many young people to go to university?

A new paper by Ken Coates argues that a preoccupation with universities and a tendency to overlook the more job-relevant training offered by colleges and polytechnic institutes is leading too many young Canadians astray. The paper, published at the end of March by the Canadian Council of Chief Executives as part of its “Jobs and Skills for the 21st Century” initiative, grabbed headlines because of its suggestion that we should cut university spaces by 25 to 30 percent and refocus our attention on producing more career-ready college graduates.

There is nothing wrong with shining the spotlight on Canada’s college sector and its success in aligning programs with job opportunities. There is a problem, however, with arguing that, if we want more college graduates in order to address anticipated skills shortages, we need fewer university ones. If the goal is to better align education with the needs of the labour market, we need to do better than engage in a zero-sum trade off between the college and university sectors.

As a first step, it is worth pointing out that Canada already stands out internationally because of its of its exceptionally strong college sector; by international standards, however, its university sector is comparatively small.

Canada ranks third in the OECD in terms of the proportion of its young adult population (age 25 to 34 years old) that has attained a tertiary education (whether college or university). This respectable position, however, is the result of the fact that the proportion of young Canadian adults with a college degree is very high, at 25 percent. This is good for second place in the OECD, behind only Korea.

By contrast, Canada ranks only 17th in the OECD in terms of the proportion of young adults with a university degree (32 percent). True, more young Canadian adults have a university degree than a college diploma. But is also true that in no other country is the difference between the relative size of the two groups of graduates as small.

This doesn’t mean that we could not benefit from even more college graduates. The point is simply that Canada does not look at all like a country that has over-emphasized university education to the detriment of colleges.

Fortunately, there is a more sensible way to boost college enrollment than by cutting university spaces. And that is to focus on the one in three young Canadians who are currently navigating the labour market without the benefit of any form of postsecondary education or training whatsoever.

If there is any group in Canadian society that is “too large” in the context of today’s knowledge intensive economy, it is the 32 percent of young Canadian adults who either never finish high school, or who end their formal education and training once their high school studies are complete. These are the young Canadians whose skills are least likely to meet the needs of employers, and who are most at risk of unemployment and under-employment.

Nothing made this clearer than the experience of the most recent recession. Unemployment spiked in the late 2000s, but the worsening job market affected those with and without a postsecondary education quite differently.

Jobs for those age 25 to 54 with no education beyond high school dropped by over 3 percent between 2008 and 2010; for those with a trades certificate or college degree, employment fell by less than one percent. But for those with a university degree, the number of jobs increased by 5 percent, representing a net gain of over 160,000 jobs. In fact, the economy added jobs for university graduates in this age group in every year during and after the recession period, including the years when the overall unemployment rate increased.

Similarly, the unemployment rate for those age 25 to 54 with neither a college diploma nor a university degree jumped three percentage points from a low of 5.3 percent to a high of 8.3 percent during the recession. By comparison, the rate for college graduates rose only 2.1 points, and only 1.8 points – from 3.5 to 5.3 percent – for university graduates.

The Canadian experience is typical of that of most industrialized countries. As the OECD pointed out in a recent study of youth in the aftermath of the economic crisis, the burden of economic adjustment has fallen disproportionately on youth with lower levels of education. And it is no stretch to anticipate that the same will be true in the case of the adjustments underway right now in the Canada’s oil-producing regions as the petroleum industry reacts to new market realities.

If we really want to focus on creating a better fit between education and the labour market and producing “career ready” graduates in an ever more demanding economy, the implication is clear. The problem is not an over-emphasis on universities but an under-emphasis on any and all forms of postsecondary education and training. This is the type of career information that students planning for their future need to hear.

This brings us to the most misdirected part of Coates’ argument, which is his claim we are doing a disservice to too many young Canadians by encouraging them to set their aspirations too high. This, he complains, only leads to universities having to cope with classrooms that include “marginally talented” students who are “ill-suited” to university studies.

Certainly, one way for universities to respond to the growing numbers and more diverse backgrounds of students is to pull their doors more tightly shut. Thankfully, most realize there is a much better way, which is to introduce new programs and services and re-emphasize teaching quality in order to meet the needs of these students – and of the employers who will eventually hire them.

In the 21st-century, all institutions and businesses have had to adapt and innovate to stay relevant and competitive. It is not clear why Coates—unlike so many of his peers—believes that the university professoriate should be an exception to this rule.

Communiqué - 13 avril 2015

Les ressources des universités au service des affaires

Paul-Davidson-London-Chamber-of-Commerce

Paul Davidson, président-directeur général de l’Association des universités et collèges du Canada

Période d’incertitude économique.
Demande croissante en compétences et en savoir de pointe.
Économie mondiale de plus en plus concurrentielle.

Pour relever les nouveaux défis, les entreprises d’aujourd’hui doivent être souples, réactives et visionnaires. Ainsi, lorsqu’elles créent des partenariats avec les universités, les entreprises et les collectivités se dotent d’un avantage concurrentiel.

Joignez-vous à Paul Davidson, président-directeur général de l’Association des universités et collèges du Canada, alors qu’il examinera l’importance des universités pour fournir au Canada les compétences, les connaissances et les idées novatrices dont il a besoin pour livrer concurrence, ouvrir de nouveaux marchés et commercialiser rapidement de nouvelles idées.

Explorez avec lui les coulisses des universités d’aujourd’hui et la manière dont l’enseignement supérieur renforce la prospérité par la recherche, l’innovation et l’apprentissage par l’expérience. Découvrez les nombreuses façons par lesquelles les universités offrent aux jeunes Canadiens l’expérience pratique, les compétences en entrepreneuriat, et les occasions internationales et interculturelles que recherchent les employeurs et dont le pays a besoin. Apprenez comment tirer parti du potentiel des universités pour renforcer les entreprises, les collectivités et les régions.

Le lundi 25 mai 2015
11 h 45 Inscription
12h 00 Allocution et dinez buffet 

Fredericton Inn
1315, rue Regent, Fredericton (N.-B.), E3C 1A1

Prix : 30 $ pour les membres de la Chambre/ 50 $ pour invités

Pour obtenir un complément d’information sur le programme et les billets, veuillez consulter le site de la Chambre de commerce de Fredericton.

Communiqué - 6 avril 2015

OTTAWA – L’Association des universités et collèges du Canada (AUCC) accueille favorablement l’attribution par le gouvernement fédéral du nouveau financement de 243,5 millions de dollars au Télescope de trente mètres, le plus grand jamais construit et une initiative majeure de collaboration internationale en matière de recherche.

Le Canada est un partenaire financier de l’observatoire international situé à Hawaï et a joué un rôle de premier plan dans sa conception. Le consortium formé de vingt universités canadiennes est maintenant partenaire à part entière dans la construction de l’installation du télescope, en partenariat avec des organisations telles que l’Institut de technologie de la Californie (États-Unis), les Instituts nationaux des sciences naturelles (Japon), les Observatoires astronomiques nationaux de l’académie chinoise des sciences (Chine), et les Régents de l’Université de la Californie (États-Unis).

Les observations du télescope permettront de répondre à des questions sur le début de l’univers, la formation des étoiles, des planètes et des galaxies, le lien entre les trous noirs et la formation de galaxies, et le nombre et le type de planètes extrasolaires. Grâce à cette annonce faite plus tôt aujourd’hui à la University of British Columbia, le Canada assure l’accès à une installation de calibre mondial à nos plus grands chercheurs du domaine.

« Cet investissement opportun garantit au Canada un rôle dans ce projet important sur la scène mondiale, a déclaré Paul Davidson, président-directeur général de l’AUCC. Le gouvernement a investi dans la recherche universitaire et l’innovation à chacun des budgets, et nous avons bien hâte de voir précisément comment le budget de 2015 permettra de faire progresser ce secteur. »

Porte-parole des universités canadiennes, au pays et à l’étranger, l’AUCC représente les intérêts de 97 universités et collèges universitaires publics et privés à but non lucratif du Canada.

-30-

Renseignements :

Helen Murphy
Directrice adjointe, Communications
hmurphy@aucc.ca
613 563-3961, poste 238 ou 613 608-8749 (Cell.)

Opinion - 6 mars 2015

Le commentaire suivant a été publié dans le Saint John Telegraph-Journal le 6 mars, 2015

Commentaire de Peter Halpin, directeur exécutif de l’Association des universités de l’Atlantique

Nous sommes consternés par la nature profondément négative des commentaires éditoriaux parus récemment dans le Telegraph-Journal et le Times &Transcript de Moncton à propos du milieu universitaire de la province. Bien que le milieu universitaire ne soit pas à l’abri des critiques constructives, le ton presque hostile adopté par ces journaux me rappelle une citation attribuée à l’auteur britannique Oscar Wilde, qui disait : « Un cynique est un homme qui connaît le prix de tout et la valeur de rien ».

Rédigés en réponse aux données récentes sur les tendances en matière d’effectifs publiées par la Commission de l’enseignement supérieur des Provinces maritimes (CESPM), les deux éditoriaux sous-estiment gravement le travail acharné effectué par les dirigeants des universités de la province et des partenaires pour relever les défis importants auxquels fait face le Nouveau-Brunswick. Il est inexact d’insinuer que les universités sont inconscientes des difficultés démographiques du Nouveau-Brunswick, tout particulièrement au sein de la cohorte d’âge universitaire.

Inviter les jeunes de tous les coins de la province (14 153), du pays (4 277) et du monde entier (2 793) à poursuivre des études universitaires au Nouveau-Brunswick constitue depuis longtemps une grande priorité. Malgré un récent recul des inscriptions, le taux de participation universitaire du Nouveau-Brunswick (29 pour cent) est le quatrième plus élevé au Canada et dépasse de trois pour cent la moyenne nationale.

L’idée que les dirigeants universitaires puissent être insensibles à l’augmentation du coût des études postsecondaires et au fardeau croissant qu’il représente pour les étudiants et leur famille est erronée. Les universités du Nouveau-Brunswick consacrent énormément de temps et d’efforts à la recherche de financement auprès de sources non gouvernementales afin d’offrir des millions de dollars sous forme de bourses d’études (provenant à 80 pour cent de l’extérieur de la province) et d’emplois sur les campus. Il convient également de noter que 41 pour cent de tous les étudiants qui obtiennent un baccalauréat n’ont aucune dette, alors qu’un tiers de ceux qui ont une dette doivent moins de 12 000 $.

Attirant le talent comme des aimants, les universités du Nouveau-Brunswick produisent chaque année près de 5 000 diplômés compétents qui deviennent les futurs dirigeants communautaires, d’entreprises, gouvernementaux et politiques de la province, des professionnels et des entrepreneurs qui résident dans les collectivités de la province et y fondent des familles. Plus de la moitié des députés récemment élus à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick et de nombreux membres du Conseil exécutif sont diplômés des universités de la province, y compris le premier ministre Brian Gallant.

Les universités sont de puissants moteurs économiques qui offrent des emplois de grande qualité à plus de 4 000 néo-brunswickois et achètent des millions de dollars de produits et services auprès d’entreprises de la province.

Les universités néo-brunswickoises sont des chefs de file de l’innovation, puisqu’elles effectuent plus de la moitié des activités de recherche et développement (135 millions de dollars par année), dont 84 millions de dollars proviennent de sources extérieures.

Les universités du Nouveau-Brunswick contribuent grandement à améliorer les conditions de vie en offrant un environnement propice à un secteur artistique et culturel dynamique, ainsi que des installations de loisirs, de conditionnement physique et d’athlétisme favorisant une vie active et saine, ce qui est essentiel à l’amélioration de la santé et du bien-être. Il convient également de souligner leur rôle dans la création de milieux fortement solidaires dans lesquels des jeunes effectuent leur transition vers la vie adulte.

Les universités sont engagées et participent de façon importante à la société civile. Les étudiants, le corps professoral et le personnel font du bénévolat dans leurs collectivités et soutiennent activement de nombreuses organisations de bienfaisance et de service communautaire.

Bref, le Nouveau-Brunswick bénéficie de la présence de quatre universités dynamiques et engagées.

-30-

Peter Halpin est directeur exécutif de l’Association des universités de l’Atlantique


( Total - 267 )